lundi 4 juillet 2016

Bye Bye India....

 
Lundi 04 juillet 2016...Et voilà, c'est fini...Demain, à 22h, nous emprunterons pour la dernière fois la fameuse "route de l'aéroport", une route de campagne qui traverse les villages environnants, typiquement indienne, avec ses camions, ses motos sans phares, ses chiens errants,...la même que nous avons découverte avec une certaine dose d'effroi il y a 2 ans et qui nous faisait penser : "J'ai vraiment signé pour ça???". Et pourtant, et pourtant, on les as aimés ces années avec les routes déglinguées, les magasins crados, les indiens en retard "sorry mam, sorry mam! et leurs bonnes excuses "tomorrow mam, tomorrow mam!"...
C'est dur de tourner la page, j'ai les larmes aux yeux en écrivant ses quelques lignes, c'est qu'on s'est attachés! 

Les 2 derniers mois ont été très sympas mais aussi assez éprouvants émotionnellement : beaucoup de fêtes de départ, avec les enfants, avec les adultes, à l'école, à la crèche, beaucoup de routes pour faire les derniers achats de saris ou de lunch box qu'on ne pourra plus voir en peinture dans 6 mois, beaucoup de logistiques aussi pour vendre nos meubles, préparer le retour....Beaucoup de restos pour manger nos derniers dals et beaucoup de cocktails pour profiter des terrasses de Bangalore, hyper branchées c'est bien connu! Ah et un serpent dans le jardin, quand même! Pas eu le temps de le prendre en photo mais je l'ai vu, de mes yeux vus! Heureusement qu'il ne restait qu'un mois avant le départ!

Bon, mais nous y voilà, 2 ans ont passé, c'est suréaliste et pourtant à l'heure du bilan, quand on regarde ces quelques photos, on se dit qu'elles sont bien là ces 2 années, non?
Paris, Paul, septembre 2014
Bangalore, Paul, juillet 2016
Louise, octobre 2014, Bangalore

Louise, juin 2016

Louise et Paul, juillet 2016
Demain, il faudra également dire au revoir à Bindhu et à Antony qui nous ont accompagnés aussi durant cette aventure et qui ont été si proches des enfants. Antony est venu nous dire au revoir avec sa famille ce week end.
Antony, notre chauffeur, avec son épouse, sa fille cadette et sa petite fille
Pêle mêle, voici encore quelques photos de ces derniers moments.

Notre fête de départ, une soirée très festive que nous avions organisée le 11 juin:
Notre maison, décorée pour l'occasion
La terrasse de devant éclairée

et celle de derrière avec le buffet...
...et l'équipe du traiteur. Oui, oui, les indiens sont moutachus!
On ne se moque pas! C'est à prendre au second degré évidemment, dernier clin d'oeil au bon goût indien!
Ici, avec mes fidèles copines de Bangalore Accueil, l'assocation d'acceuil des francophones à Bangalore où j'ai eu beaucoup de plaisir à "travailler"
Et avec Perrine et Christophe, avec qui nous avons tant partager!

Louise a également fêté son départ avec ses copains, l'occasion d'une chouette fête dans le jardin.


Et puis, bien sûr, on s'est un peu "indianisés" en chemin....Admirez plutôt!

Optimisation de la voiture à l'indienne...les 2 Christophe qui emmènent les enfants aux activités du matin!

Le tableau ne serait pas complet sans une petite série de "clichés" dans un rickshaw:


Bye, bye!
Allez, il est temps pour moi d'aller boucler les valises, j'ai encore un ou 2 Ganesha à glisser entre les kurtas!
Mais au fait, non, ce n'est pas la fin du blog, nous avons encore quelques sujets à partager avant de complètement clore ce chapitre également. Alors, à vos clics et à bientôt!

dimanche 3 juillet 2016

Quelques rudiments de cuisine indienne

Férus de cuisine que nous sommes, il était hors de question de partir d'Inde sans avoir écrit quelques lignes sur le sujet...qui ne passionnera pas forcément tout le monde mais bon, tant pis...

Résumer la cuisine indienne, c’est évidemment compliqué et un peu prétentieux :  le pays est immense, la cuisine du nord de l’Inde est différente de celle du sud et nous n’avons visité au final que quelques endroits. Mais enfin, l’idée, c’est de donner malgré tout  quelques grands points de repères pour comprendre comment les indiens se nourrissent.
La nourriture, c’est très important en Inde. Partout me direz-vous mais je veux dire que, un peu comme en France finalement, les indiens ne prennent pas cela à la légère : si vous voulez demander quelque chose à un indien alors qu’il a décrété que c’était l’heure de déjeuner, la terre peut s’écrouler, il ira d’abord manger! Tiens, tiens, mais finalement, ça me fait aussi penser à certains de nos compatriotes…

Le petit déjeuner :

Le petit déjeuner, c’est le repas le plus sacré en Inde ! Personne ne fait rien s’il n’a pas pris son petit déj’. C’est en général très copieux et composé de plats salés, pouvant souvent être achetés dans la rue. 
Petit déjeuner dans la rue

Voici quelques mets très populaires d’Inde du Sud pris le matin :
- L’UPMA : non, ce n’est pas le nom d’une équipe de football américain mais le nom d’un mélange de semoule avec des petits légumes, un peu en bouillie mais c’est très bon.

- Les vada, genre de beignets à base de lentilles, gras à souhait mais très bons

- Les uttapam, genre de galettes à base de farine de lentille et de riz, sur lesquelles sont déposées des tomates et du piment. On aime bien aussi même si cela pique pas mal

- Le sambar : très, très populaire, c’est un bouillon à base de légumes

 Les idlis ou les dosas : crêpes à base de farine de riz, petites et cuites à la vapeur pour les idlis, poêlées et très grandes et fines pour les dosas, sur lesquelles on peut déposer de la pomme de terre en purée  et des chutneys de légumes. Les dosas, c’est super bon.
Le petit déjeuner s’accompagne du fameux « Masala Chai », le thé bouilli avec du lait, des épices et du sucre dont j’ai déjà mis des illustrations sur le blog.
Préparation du chai



« Vég » et « Non vég » :
Une des grandes caractéristiques de la cuisine indienne, c’est évidemment qu’elle est « cloisonnée » entre végétarienne (« veg’ » comme on dit) et non végétarienne (« non veg’ »). Donc, quel que soit le restaurant dans lequel vous allez, vous aurez une carte avec des plats végétariens et des plats non végétariens. 
Séparation des cuisines entre veg' et non veg'
On dit que 70% des indiens sont vég.  Les végétariens sont principalement les hindous, les chrétiens et musulmans étant en général non végétariens. Mais au sein des hindous, on trouve tous les degrés, c’est très varié et compliqué : il y a des non végétariens qui mangent de tout y compris du porc,  des non vég mais qui ne mangent que de la viande de poulet (très nombreux), des végétariens qui mangent des œufs, des végétariens qui ne mangent pas de produits de provenance animale donc pas d’œufs (les végétaliens ou « vegan »). Les vegan sont quand même très, très répandu : quand il y a des buffets dans les restaurants, il est toujours précisé si le plat servi est « avec ou sans œuf ». C’est particulièrement amusant pour les desserts de voir les trésors d’imagination que les indiens déploient pour faire des choses sans œufs. J’ai assisté à un cours de pâtisserie sans œuf…et bien, la conclusion est claire : les gâteaux sans œufs, c’est vraiment, mais alors vraiment pas bon du tout !
Et puis dans ces catégories, il y a encore des subtilités : Bindhu, notre maid, par exemple, est non vég et mange tous les types de viandes mais elle ne mange aucune substance animale les lundis et jeudis. Je n’ai toujours pas compris pourquoi ces 2 jours-là  (à part que c’est lié à sa pratique de l’hindouisme) mais c’est comme ça.

Le plus poussé ensuite, ce sont certains hindous végétaliens (donc qui ne mangent aucune substance d’origine animale) mais également ni ail, ni oignons car ce sont des excitants. C’est pour cette raison que sur les sauces industrielles, il est toujours précisé si elles contiennent de l’ail et des oignons. Cela ne laisse pas grand-chose à se mettre sous la dent…
Les hindous puristes outre le fait de ne pas manger de viande, ne souhaitent pas non plus la manipuler. C’est un point à vérifier quand on embauche une aide-ménagère, si l’on souhaite qu’elle cuisine un peu pour vous.
Quelle que soit la religion par contre, quasi personne ne mange de porc. On trouve quand même quelques boutiques qui en vendent soit pour la clientèle chinoise, soit du haut de gamme …pour les occidentaux mais là, il faut s’accrocher en terme de prix !


Les épices et autres incontournables de base : oh que cela semble difficile la maîtrise des épices au début….Bon, je ne prétends donc pas avoir tout compris, loin de là, mais on voit toujours les mêmes revenir alors finalement, ce n’est pas si compliqué. C’est d’ailleurs un peu le problème et le reproche que nous ferions à la cuisine indienne : comme tout est toujours assaisonné un peu de la même façon, on retrouve toujours les mêmes saveurs et on se lasse assez vite. 

Voici donc les classiques que l’on retrouve partout :
-    
            -  Garam masala : masala signifie « épice » et le garam masala, est donc un mélange d’épices. C’est la base, il y en toujours partout et si on n’a rien d’autre, c’est celui-ci qu’il faut avoir.

-          - Le cumin (cumin) (en poudre ou en graines) : utilisé (comme partout au monde) pour rendre les plats plus digestes, donc, il est particulièrement incontournable dans les plats de lentilles.

-         -  La coriandre (coriander) : utilisé en graines mais aussi et surtout fraîche, grand classique de la cuisine orientale qui donne des saveurs exotiques à n’importe quel plat,

-         -  Le curcuma (turmeric) : poudre jaune pétant, très caractéristique. Cela n’a quasi pas de goût mais c’est utilisé pour donner la couleur jaune à un plat (dans les currys ou pour colorer le riz) et il parait que c’est excellent à la santé !

-          - Le piment (chili powder) : poudre rouge orangée, mélange d’épices mais principalement constituée de piments. C’est cette épice qui « arrache », toutes les autres décrites ne sont pas très fortes. A utiliser donc avec parcimonie (une demi-cuillère à café pour un gros curry),

-          - La cardamone : graine très caractéristique aussi des saveurs indiennes, peut être noire ou verte, qui s’utilise dans les plats salés mais aussi beaucoup dans les desserts,

-         -  Les clous de girofle : utilisés par exemple dans le biryani,

-     -     La cannelle : très populaire, incontournable du biryani,

-          - Les graines de moutarde : moins utilisées que les épices citées précédemment mais on en trouve assez souvent quand même, tout comme d’ailleurs l’huile de moutarde, que j’ai personnellement découverte ici,

-          - Le fenugrec (« fenugreek ») ou foin grec : très, très ancienne légumineuse donnée dans l’antiquité comme fourrage aux bêtes. Les indiens utilisent les feuilles fraîches ou les graines comme condiment,
-         
     Enfin, tous les mélanges déjà faits comme le chicken masala (pour les curry), le tandoori chicken (mélange au goût de barbecue).
Aux épices, s’ajoute comme incontournables, la pâte d’ail (« garlic paste ») ou très utilisée aussi la pâte de gingembre/ail (« ginger-garlic paste »). Ces pâtes sont utilisées au démarrage des cuissons avec les oignons par exemple. C’est vraiment très, très populaire, un peu du même usage qu’un fond de sauce chez nous.

Bien sûr, la purée de tomates entre dans la composition de nombreux mets, tout comme le lait de coco (à ne pas confondre avec l’eau de coco, le lait de coco étant le liquide laiteux préparé à partir de pulpe de noix de coco râpée, alors que l’eau de coco est l’eau renfermée dans une noix de coco fraîche). La coriandre fraîche est très utilisée aussi, les piments verts et les oignons frais. J’ai découvert aussi les feuilles de curry (« Curry leaves ») : jamais entendu parler avant alors qu’ils en mettent partout : c’est très parfumé et très bon mais difficile de dire à quoi cela ressemble. Nous en avons même dans notre jardin, un peu le même usage que du persil chez nous finalement.

Le beurre clarifié est le gras de base de la cuisine indienne (« ghee ») : chaque magasin aussi petit soit-il à un rayon complet de « ghee ». Je ne comprends pas trop ce que cela apporte à part de gros problèmes de cholestérol  mais visiblement, ils aiment ça car il y en a presque dans toutes les recettes. Peut se remplacer par de l’huile, de la crème ou du beurre classique.
Rayon du beurre clarifié
Après, on trouvera des aliments plus ou moins utilisés selon les recettes comme la noix de coco fraîche, les noix de cajou (très populaires : grosse production en Inde).

Voilà avec ça, vous disposez de l’épicerie de base pour faire de nombreux plats indiens !

Les entrées :
En entrées, on va trouver des choses souvent alléchantes, super sympa à partager : très populaire, des assortiments de légumes frits dans les épices indiennes  (donc très  relevés) ou des assiettes non vég  d’assortiments de brochettes de viandes ou de poissons tandooris. On trouve aussi beaucoup les « pakoras » qui sont des beignets de légumes (pommes de terre, oignons, choux fleurs,…).

Les plats
Voici des grands classiques que l’on retrouve un peu partout:
-       -   Butter chicken : Poulet cuit dans une sauce tomatée avec des épices, sauce rendue onctueuse par l’ajout de noix de cajoux réduites en purée et de beurre, bien sûr,

-         - Curry de poulet, de crevettes, de mouton, de légumes, de poisson… : les curry sont les plats en sauce les plus classiques et ils sont évidemment différents selon le cuisinier mais on retrouve les épices bien sûr, la tomate et le lait de coco. Le curry, qui est cet épice jaune que l’on utilise chez nous, n’est pas tellement utilisé en Inde…ou en tous cas, je ne l’ai jamais vu utiliser
-          
      - Les biryani : autre grand classique de la cuisine indienne, le biryani se prépare avec 7 épices bien précises (graines de cardamone, des bâtons de cannelle, des clous de girofle, de la poudre chili (c’est ça qui pique), du curcuma, de la coriandre en poudre, du garam masala. Le biryani peut être végétarien, au poulet, à l’agneau et sa caractéristique est que le riz fini de cuire sur le mélange épices/viande, avec l’aide du « gras » rendu par la viande et les épices préalablement retiré et versé sur le riz blanc.
Le feu du biryani, qui peut être important, s’éteint en le mangeant avec du raïta, mélange doux et frais de yaourt, de tomates concassées, de concombre et d’oignons crus.
Le riz se mange souvent nature mais on le trouve parfois accommodé, en particulier pour les fêtes, à la noix de coco (délicieux !), à la tomate, au citron,…

Les légumes : les légumes les plus fréquemment consommés sont le chou-fleur, l’épinard, l’aubergine, l’oignon, la tomate, les petits pois, le chou pour ceux qui nous sont familiers. Après, ils aiment beaucoup les « ladies fingers » ou toutes sortes de légumes ressemblant à des courgettes appelés « Gourde » et de notre point de vue immangeable. Pour un pays veg, nous avons toujours l’offre de légumes (et leur qualité) médiocre. Et en matière de cuisine, ils sont toujours ou frits ou cuisinés dans de la « gravy » c’est-à-dire dans des sauces épaisses où nagent quelques petits pois. Quant aux légumes feuillus feuilles, type salades, cela n’existe que dans quelques rares magasins pour expat. Bon, en résumé, ce n’est pas l’éclate sur le sujet.



Et puis, un petit mot quand même de l’aliment de base mais alors vraiment de base de la cuisine indienne : les lentilles, "dal" ! Elles sont énormément consommées, plus encore que le riz (dans certains restos d’Inde du Nord, il n’y a même pas de riz, on mange du pain et des lentilles). On trouve des lentilles corail et des lentilles jaunes (les plus courantes), des blanches, des marrons,…qui se préparent de mille façons. La forme la plus commune de cuisson est ungenre de ragout « dal » : ce sont les lentilles cuites, dans des oignons, de l’ail, des tomates et des épices. Cela forme une espèce de bouillie un peu liquide au final, qui se mange avec le riz ou du pain C’est en général délicieux. Un des meilleurs dals que nous ayons mangé jusqu’à présent est le dal noir « dal makhani » (donc à base de lentilles marrons), spécialité d’Inde du Nord, très crémeux, hyper riche, à se damner mais qui nécessite des intestins de cheval! La farine de lentilles sert aussi à faire des beignets, des desserts, bref possibilités innombrables en la matière.

Pour finir sur les plats, on trouve aussi des thalis, qui sont un ensemble de petits plats disposés en général sur un plateau rond dans des petits ramequins en inox ou sur une feuille de bananier pour une version plus modeste. Voir l’article sur les mariages indiens.

Les pains
Ca, c’est la friandise de l’Inde. Je ne connais personne qui ne craque pas pour les pains. Ils se préparent en général à la minute et il en existe toutes sortes. Pour faire simple, disons que les plus courants sont, toujours de forme ronde :
-          - Les chapatis : pâte à base de farine de blé complet, cuits sur une petite poêle au gaz. Parfois la pâte est agrémentée d’oignons, de fenugrec ou de coriandre fraiche.
-          - Les rotis : les moins chers et les plus courants, pâte à base de farine
-          - Les naans évidemment : pâte  à base de farine de blé, avec un peu de lait, cuite au four tandoor (donc plus difficiles à faire chez soi). On peut les commander avec un peu de beurre fondu (butter naan) ou avec des petits morceaux d’ail (garlic naan). Dans tous les cas, on se relèverait la nuit pour en manger. On les découpe avec la main et ils servent de couverts pour attraper le dal ou les morceaux de viande par exemple
Les naans

- Les paratha : mon péché mignon : pâte à base de farine complète, légèrement feuilletée au beurre, hyper bon.
     Les rotis et les chapatis sont les plus populaires, les plus faciles à faire aussi car ne nécessitant pas de four tandoor.

Les desserts
Bon, j’ai écrit plein de fois délicieux dans cet article alors, je peux dire ici la vérité…les desserts, c’est la face obscure de la cuisine indienne…Vraiment pas terribles pour ne pas dire autre chose. Aucune subtilité, aucune finesse, du gras et du sucre, point barre. Vous prenez du lait, vous ajoutez un féculent (riz, pâtes, semoule), vous ajoutez en quantité énorme du sucre, du gras, et enfin, vous aromatisez avec un peu d’arôme de rose, de la cardamone, et vous avez toute la panoplie des desserts indiens. Les indiens adorent le parfum de la rose (aussi bien en senteur qu’en arôme), c’est un peu notre vanille mais c’est fou comme nous autres européens sommes communément réfractaires à cet arôme !

Les feuilles de Bethel

De nombreux indiens chickent de la feuille de Béthel : si vous voyez un indien avec les dents rouges, sans aucun doute, c'est cela. J'ai l'impression que c'est plutôt populaire, les classes aisées ne chickent pas. Par contre, à la fin d'un repas chic, on pourra vous proposer une feuille de béthel pliée dans laquelle auront été glissées un tas de petites graines : cumin, anis,...(pour celles identifiables). Il faut croquer dans ce joyeux mélange et laisser le "jus" de la feuille glisser dans votre estomac. Indescriptible....mais inoubliable! Et il parait que cela fait digérer...
Préparation des feuilles de béthel

jeudi 2 juin 2016

Mariage indien

Voici un autre incontournable de la culture indienne que je n'avais pas encore pris le temps de relater : les mariages indiens!
C'est toujours un évènement majeur dans la vie des indiens. Bien sûr, comme toujours ici, il n'y a pas une sorte de mariages mais des tonnes de différents, certainement rien à voir entre les noces d'un fils de PDG indien élevé aux USA et des enfants d'ouvriers,...qui plus est si leur religion est différente.
Malgré tout, il y a quelques points communs...et le premier, qui nous surprend, nous, occidentaux, c'est le large "spectre" des invitations : les indiens invitent, quelque soit leur milieu social, des centaines de gens! Du coup, on est parfois surpris d'être invité par des gens qu'on connait à peine. Christophe par exemple a été invité par le responsable du service Vidéo de son entreprise, qu'il a dû voir 2 fois! Et même les gens très pauvres peuvent inviter jusqu'à 1000 personnes, c'est incroyable. On comprend pourquoi les mariages sont réputés pour être une véritable ruine.
Le mariage se déroule en général sur minimum 2 jours : la réception le premier jour, souvent dans une salle prévue à cet effet (genre de salle des fêtes mais qui ne sert qu'aux mariages) et le mariage religieux le lendemain. Bien sûr, la fête peut durer ensuite plusieurs jours mais il semblerait que 2 jours soit une norme assez répandue.

Le mariage où nous sommes allés, nous, c'est celui de la petite cousine de notre maid, Bindhu. J'ai commencé par décliner l'invitation apportée par Bindhu car cela tombait quand nos amis, Noura et Ramzi, nous rendaient visite: "Ah mais pas de problème M'am! Qu'ils viennent aussi!" m'a-t-elle rétorquée! Nous voilà donc tous les 4 partis au mariage. Et nous n'avons pas été déçus du voyage! 

Les familles qui mariaient leurs enfants étaient des gens très modestes, le mariage avait lieu dans une salle municipale, typiquement indienne, c'est-à-dire déjà vétuste avant d'avoir été terminée. Des chaises en plastique bleues nous attendaient devant une scène sur laquelle tronaient des sièges visiblement destinés aux fiancés, un groupe de musique jouait et chantait dans le coin, alors que les invités attendaient patiemment que les futurs mariés arrivent.
La salle de réception
Le siège pour les mariés ...et le système vidéo dernier cri. Les indiens sont férus d'appareils photos, vidéos,...
A notre descente de voiture, nous avons été accueillis comme des princes....par gentillesse évidemment et parce que les indiens ont un véritable sens de l'hospitalité mais aussi un peu parce que le fait que des étrangers viennent à un mariage est semble-t-il très valorisant pour les familles. Ne me demandez pas pourquoi, c'est comme ça...En tous cas, le moins que l'on puisse dire c'est qu'e l'on nous a réservé un accueil très chaleureux : tout le monde venait nous saluer, nous souhaiter la bienvenue, nous présenter les enfants. Nous avons été très touchés et nous ne remercierons jamais assez Bindhu pour tout cela.

Bon, et que se passe-t-il ensuite? Eh bien, une fois arrivés et installés sur nos chaises, l'idée c'est d'attendre que les futurs mariés fassent leur entrée et montent sur la scène. Là, tous les invités, par petit groupe (les cousins, les tantes du côté de la maman, l'oncle et sa famille, etc...), vont monter sur scène, offrir leurs cadeaux aux fiancés, les féliciter et prendre une photo avec eux.
Les fiancés faisant leur entrée dans la salle des fêtes
Une file indienne (hihihi) pour aller saluer les futurs mariés - Comme toujours en Inde, il y a du monde partout mais là au moins, les gens font la queue! C'est rarement le cas!
Nous avons observé, qu'à l'image des vieilles photos de famille de chez nous, les gens ne sourient pas forcément quand ils se font photographier.
Un groupe de cousins probablement en pleine pause photo....
Les salutations....
....Puis une nouvelle photo!
Vous ne manquerez pas d'observer que les femmes sont toutes très apprêtées, vêtues de leur plus beau sari. Nous avons été par contre frappés par le contraste avec les hommes, tous habillés "normalement". On nous a finalement expliqué que les hommes  faisaient les efforts le lendemain, pour la cérémonie religieuse.


Bindhu, notre "maid", c'est à dire aide ménagère et nounou (à droite) à coté de sa soeur

Il y avait un service Photographe/Video très rodé qui réalisait la prestation. Au final, les photos ont duré au moins 2 heures. Notre tour a fini par arriver et nous sommes montés sur la scène avec les proches de Bindhu : nous avons été probablement le groupe avec le plus de monde, beaucoup voulait être sur la photo avec les étrangers!

De gauche à droite, en partant de la photo du bas: Bindhu, sa fille, Antony (notre chauffeur), Christophe, Ramzi, la mère de Bindhu, les mariés....et après, je ne sais pas, puis Céline, Noura, le fils de Bindhu et certainement un cousin.
Nous avons alors pensé que c'était terminé....Mais non, le meilleur était à venir....Nous avions bien remarqué, dans un coin, cette petite porte où nous voyions des gens filer à intervalles réguliers...et nous nous demandions ce qu'ils allaient faire! Ils allaient dîner pardi! Et vu le nombre, impossible de faire manger tout le monde en même temps donc c'est par groupe que l'on va dîner.
La salle à manger vue de loin
La salle à manger était constituée de 2 immenses tablées en bois, avec des bancs mais seulement situés d'un côté de la table: en d'autres termes, on a personne en face de soi quand on mange. De toutes façons, on est là pour manger, pas pour se raconter sa vie! Des feuilles de bananiers sont installés devant chaque convive, pas de couverts, évidemment, et un gobelet en plastique. Et là, on a vu surgir des cuisines une demi-douzaine de serveurs en file indienne, charlotte sur la tête (Des charlottes, mais oui, c'est qu'on ne ne badine pas avec l'hygiène ici!), chacun une gamelle sous le bras, qui déposent "vlam!", à la chaine sur nos feuilles de bananiers, les différents plats que nous allions déguster. C'était "veg" bien sûr, c'est à dire végétarien. L'ensemble des petites portions déposées sur notre feuille compose un "thali".
Service 5 étoiles!

Le profil de Noura, souriant mais vaguement crispé, comme nous tous, à ce stade de l'avenure!
Sur la photo ci-dessous, on voit ce qui constitue un thali, ensemble de petits plats, typique du sud de l'Inde. Alors, en partant de la gauche, on trouve:
Un "thali" sur une feuille de bananier
- Les pickles : ce sont des piments ou des fruits (mangue, tomate,....) marinés dans des épices et qui se consomment comme un condiment. Evidemment très épicé!

- Une salade de blé

- Un chapati : c'est la grande crêpe que l'on voit en bas. Très utile pour servir de cueillière! Les chapatis sont faits à partir de farine de blé avec du sel et de l'eau, c'est une pâte à pain, tout simplement mais non levée. Ils sont cuits à la poêle dans un peu d'huile. Base de l'alimentation, bien sûr.  

- La papad : en haut, la galette un peu fripée, c'est de la "papad": c'est une galette à base de farine de lentilles, frite. C'est croustillant, on mange cela à l'apéro quand on est étranger ou émietté dans le riz quand on est indien,

- Le Curry de paneer : l'espèce de bouillie au milieu, c'est un curry de "Paneer" : le paneer, c'est du fromage fait avec du lait de buflonne. Cela ressemble visuellement à de la féta, en terme de texture,  à de la mozzarella, mais au goût, à rien de tout cela.  C'est extrèmement populaire en Inde. N'oublions pas que 70% de la population est végétarienne donc ce genre d'aliments est hyper important dans leur alimentation. Ils cuisinent ce fromage comme de la viande : en brochettes, en ragout, frits, poélés,...C'est pas mauvais mais pas dingue non plus...assez fade en fait et nécessite donc d'être très bien accomodé.

- A coté, ce sont des vermicelles au lait (le dessert quoi); bon, les desserts en Inde c'est la catastrophe. Vous prenez du lait, du sucre, du ghee (beurre clarifié), de la cardamone, de la rose, du riz ou des pâtes, vous mélangez tout cela en proportions et en cuisson plus ou moins différentes et vous obtenez toutes la panoplie des desserts. C'est toujours gras, très sucré, toujours les mêmes saveurs, aucune finesse, bref, vraiment pas inoubliable.
- Pour finir, le petit beignet frit orangé, c'est un jalebi, pâte sucrée frite. 

Après ce thali, on est passé aux choses sérieuses avec un biryani : le biryani, c'est un plat complet composé de riz cuit à l'étouffé avec des épices (7 au total), sur lequel on verse un peu de beurre clarifié. Il peut être "veg", aux oeufs, au poulet ou à l'agneau. Quiconque est rentré dans un restau indien n'importe où dans le monde a déjà vu ce plat ultra populaire que l'on peut manger pour quelques roupies dans la rue.
Il est toujours servi avec du raïta, yaourt avec du concombre et des tomates, qui sert à éteindre le feu des épices. Un bon biryani, c'est toujours un bon moment.

(Pour les amateurs, je vais poster un article plus complet sur la nourriture indienne).

Ce qui est dur pour nous, c'est de franchir le pas de manger avec les doigts ou avec l'aide de son chapati (pain). Mais une fois qu'on a accepté cette idée, on a plutôt bien mangé. Ce n'était pas trop épicé à part la pauvre Noura qui a avalé un pickles hyper fort et a mis tout le reste du repas à s'en remettre.
Et puis, clou du spectacle, Christophe a demandé à féliciter le chef, qui est venu fièrement se présenter dans un style très, comment dirais-je....local...
Le chef cuisinier
A la fin de repas, on plie sa feuille de bananier et hop, à la poubelle, assez astucieux comme façon de faire! Et c'est parti pour une nouvelle fournée d'invités!

Bien sûr, il n'est pas servi d'alcool. On ne boit que de l'eau. mais enfin, ça, j'imagine que cela dépend beaucoup du niveau de vie des hôtes. Contrairement à une de mes idées reçues, les indiens végétariens peuvent tout à fait boire de l'alcool. Par contre, ils n'en boivent pas durant le repas, cela ne se fait pas. On boit à l'apéro, après manger mais pas pendant que l'on dîne.

Après le repas, les hommes se sont mis à danser, en mode "bollywood", de cette manière très théâtrale qui le caractèrise ce style, genre, duel de danse. Les femmes ne dansent pas. Cela dépend là encore des milieux bien sûr mais là ce n'était pas le cas. 
Les danseurs de Bollywood
Il était temps pour nous de rentrer mais quelle soirée! Nous ne sommes pas prêts d'oublier!

Nous aurions aimé assisté à la partie religieuse du mariage mais c'était le lendemain et comme toujours à Bangalore, vu les temps de trasnport, on est obligé de faire quelques renoncements.